> Deuxième circonscription

11/11/2015

Sécurité. La gauche a la culture de l’excuse, les Républicains celle de la responsabilité.

Les Républicains

Malgré de nouvelles méthodes de calcul que le ministère de l’Intérieur a mis en place, les faits sont têtus : depuis que François Hollande a été élu, les courbes de la délinquance ne cessent d’augmenter, que cela soit les vols avec violence, les cambriolages, les vols de voitures. Une seule courbe diminue, celle du nombre de détenus et ce dans un contexte où les chiffres de la criminalité sont également à la hausse. Si bien qu’aujourd’hui nous avons plus de délinquants dans la rue et beaucoup moins dans les prisons».
Ce constat est celui de Brice Hortefeux, député européen et Conseiller politique qui a ouvert, ce mardi matin, la troisième journée de travail des Républicains consacrée à la Sécurité et plus particulièrement à la Sécurité intérieure.
Au cœur des préoccupations des Français avec la lutte contre le chômage, la Sécurité avait été au centre de l’action de Nicolas Sarkozy et de son Gouvernement rappelle l’ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. «Dans une société caractérisée par une violence de plus en plus prégnante, nos résultats caractérisés par une baisse de la délinquance, avaient été très encourageants. Ils étaient le résultat d’une grande fermeté et d’un certain nombre d’actions concrètes comme le développement de la vidéo-protection, l’augmentation du budget de la Justice, la mise en place des peines planchers pour les récidivistes, de la rétention de sécurité… Tout cela fondait la puissance de l’Etat. Et nous avions des principes fermes et clairs: les droits de la victime doivent toujours passer avant ceux des délinquants», souligne Brice Hortefeux.
Une dynamique qui s’est effondrée avec l’arrivée du pouvoir socialiste et de son laxisme idéologique incarnée par Christiane Taubira. L’abrogation des peines planchers pour les récidivistes comme la réduction automatique des peines en sont deux exemples symboliques. «Jamais dans notre pays il n’y a eu autant d’agressions, il y en eu 500 000 en un an en 2014. Le désarmement pénal aussi méthodique qu’idéologique de Christiane Taubira est la cause principale de cette dégradation», déplore Brice Hortefeux.
Lequel est marqué par la manifestation de syndicats de police sous les fenêtres de la ministre de la Justice. « Cela ne s’était pas produit depuis 33ans ! Elle a réussi cet exploit. Il y avait place Vendôme un front uni de la totalité des syndicats. Unis pour manifester leur dégout de la politique pénale devenue décourageante », remarque Brice Hortefeux.
«Sur la sécurité, sur ce défi de la protection de nos concitoyens, il y a une vraie différence entre la droite et la gauche», constate-t-il. «La gauche a la culture de l’excuse alors que nous, Les Républicains, nous avons la culture de la responsabilité. La gauche place la prévention avant tout alors que nous, Les Républicains, nous affirmons que la première prévention est la certitude de la sanction», assure Brice Hortefeux qui assigne deux objectifs à notre famille politique : « renforcer la protection de nos concitoyens et réussir l’alternance». 

Fédération Les Républicains 09