> Deuxième circonscription

29/07/2015

Tarifs EDF, bis repetita.

Les Républicains

Décidément les socialistes sont incorrigibles : leur idéologie les aveugle et ils n’ont pas de mémoire.
C’est Ségolène Royal qui vient de frapper en refusant d’accorder la hausse des tarifs de l’électricité que la CRE (commission de régulation de l’énergie) avait conseillée pour rattraper les retards tarifaires depuis 2012, à savoir 3,5% si on le rattrape en 2 ans ou 8% si on le rattrape en une fois. Rappelons que la CRE a été mise en place dans le cadre de l’instauration « du grand marché européen de l’électricité » pour éviter que le gouvernement et EDF « bidouillent les tarifs régulés » ; c’est une autorité indépendante chargée de s’assurer que l’électricien historique ne vend pas à perte pour empêcher la concurrence… En outre la CRE prend en compte les dépenses d’investissements que l’électricien doit engager pour la sécurité des centrales nucléaires et la qualité des réseaux…
En 2012 déjà, la CRE avait estimé à 5,7% la hausse de tarifs nécessaire mais le gouvernement Ayrault avait « décrété » qu’il n’accepterait que 2 % pour ne pas entamer le pouvoir d’achat des Français (un des engagements de campagne de Hollande). Mais les concurrents d’EDF on saisi le Conseil d’Etat qui a annulé la décision du gouvernement et EDF a du faire des factures rectificatives portant sur 2013 et 2014, incompréhensibles pour ses clients. Ségolène rejoue la pièce : au lieu des 3,5% sur deux ans elle intervient pour limiter la hausse à 2,5 % en août de cette année.
La même action qu’en 2014 produira les mêmes effets et en 2017 EDF sera obligée de facturer la hausse rétroactivement sur 2015 et 2016… Mais ce sera après l’élection présidentielle et comme le candidat PS sera battu c’est le nouveau président élu qui se verra imputer cette première décision impopulaire. L’idéologie : les socialistes croient qu’on peut se dédouaner de la réalité des prix des produits et des services, comme les communistes de l’Union soviétique y croyaient avec le résultat que l’on sait. Mais comment peut-on demander à EDF de financer les investissements qu’on lui impose en ne lui donnant pas les moyens financiers nécessaires ? La mémoire : 3 ans après la mesure Ayrault, Royal pense qu’elle pourra faire mieux. Mais heureusement pour nous le Conseil d’Etat veille.

        Fédération Les Républicains 09